Applications /OS

Amazon peut prouver une exception aux règles du taux d’imposition global minimum


Le Groupe des sept nations riches a peut-être approuvé un plan visant à garantir que les plus grandes entreprises du monde paient un taux d’imposition mondial minimum, mais le géant américain de la technologie Amazon pourrait y échapper.

L’accord historique est censé aider à mettre fin aux grandes multinationales qui recherchent des pays à faible taux d’imposition des sociétés dans lesquels enregistrer leurs bénéfices au lieu de payer là où elles exercent leurs activités.

En introduisant un taux d’imposition minimum de 15 pour cent sans exception, les partisans du plan espèrent que les multinationales seront moins incitées à faire des efforts complexes pour changer d’endroit où elles paient des impôts.

Top 100
Il y a un deuxième « pilier » dans le plan : les pays seraient autorisés à imposer une part des bénéfices des entreprises les plus rentables au monde, quel que soit leur lieu d’implantation.

La mise en garde : elle ne s’applique qu’aux entreprises dont les marges bénéficiaires dépassent 10 %.

Cela affecterait environ 100 entreprises, y compris des géants américains de la technologie tels que Facebook et Google, mais comme certains experts l’ont souligné, pas Amazon.

Malgré d’Amazon empreinte colossale et capitalisation boursière de plus de 1 000 milliards de dollars (environ Rs. 72 88 760 crores), sa marge bénéficiaire l’année dernière s’élevait à seulement 6,3 %.

Il n’a pas fallu longtemps avant que les premiers coups de brique ne visent l’accord de la Fair Tax Foundation britannique.

« Juste une raison de plus pour que le G20 réexamine et enhardisse le paquet » lorsque le groupe des principaux pays industrialisés et émergents du monde cherchera à signer l’accord le mois prochain, a déclaré le groupe sur Twitter.

Amazon capturé par le Web
Une source proche des pourparlers a confirmé qu’Amazon dans son ensemble ne tomberait pas sous le coup des dispositions permettant aux pays d’imposer une partie de ses bénéfices.

Cependant, sa branche de cloud computing, Services Web Amazon (AWS), « fait des bénéfices de l’ordre de 30% » et « il sera donc taxé sur ce segment d’activité » par différentes nations, a précisé la source.

Il n’y a pas d’autre « exception » ou faille dans les dispositions, a ajouté la source.

Amazon, qui surfe sur la vague du e-commerce depuis COVID-19[feminine au détail de briques et de mortier martelés, a plus que triplé son bénéfice net du premier trimestre pour cette année à 8,1 milliards de dollars (environ Rs. 59 040 crores).

Pendant ce temps, AWS a vu ses ventes trimestrielles grimper de 32% à 13,5 milliards de dollars (environ Rs. 98 400 crores).

Comme son compatriote géant en ligne Facebook, Amazon a salué l’accord du G7.

Dans une déclaration à l’AFP, l’entreprise a qualifié cela de « pas en avant bienvenu » qui « contribuera à stabiliser le système fiscal international ».

Approche uniforme bienvenue
La directrice d’Amazon pour l’Italie et l’Espagne, Mariangela Marseglia, s’est déclarée « très heureuse » de l’accord conclu par les ministres des Finances et les banquiers centraux du Groupe des sept États riches ce week-end.

Elle a déclaré qu’il adopte « une approche uniforme de la fiscalité des entreprises multinationales (ce qui) est ce que nous essayons de poursuivre depuis longtemps ».

Amazon soutient depuis longtemps les pays qui travaillent ensemble sur la fiscalité des entreprises, a-t-elle déclaré, afin de réduire le risque de double imposition.

Cela peut être une allusion aux taxes imposées unilatéralement par des pays comme la France, l’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne qui disparaîtront une fois qu’un accord mondial entrera en vigueur.

Amazon a été ciblé de diverses manières par les États-Unis et plusieurs pays européens pour ses accords d’optimisation fiscale impliquant des schémas comptables sophistiqués qui exploitent les différences entre les différentes juridictions,

Il s’agit essentiellement de comptabiliser des bénéfices dans des pays où les niveaux d’imposition sont relativement bas tout en déclarant à l’inverse des pertes où les niveaux d’imposition sont plus élevés.

De telles mesures permettent à Amazon de réduire considérablement sa facture fiscale.

Amazon dit qu’il attend maintenant les détails d’un accord mondial.

La réforme va maintenant à une réunion des ministres des Finances du G20 en juillet avant de passer aux négociations entre 139 pays supervisées par l’Organisation de coopération et de développement économiques.


Intéressé par la crypto-monnaie ? Nous discutons de tout ce qui concerne la cryptographie avec le PDG de WazirX, Nischal Shetty, et le fondateur de WeekendInvesting, Alok Jain, sur Orbital, le podcast Gadgets 360. Orbital est disponible sur Podcasts Apple, Google Podcasts, Spotify, Amazon Musique et partout où vous obtenez vos podcasts.

.



Source link

You may also like

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *