Applications /OS

Facebook supprime les comptes français et russes actifs en Afrique


Des personnes liées à la Russie et à l’armée française ont utilisé de faux comptes Facebook et Instagram pour mener une campagne de désinformation secrète en République centrafricaine avant les élections de ce mois-ci, a annoncé Facebook cette semaine.

Facebook a déclaré avoir supprimé des centaines de comptes et de groupes liés à la France et à la Russie accusés de «comportement inauthentique coordonné» en RCA ainsi que dans d’autres pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

Alors que des comptes tracés en Russie ont été à plusieurs reprises accusés d’une telle activité, Facebook a déclaré à l’Associated Press que c’était la première fois qu’il agissait contre un réseau lié à des individus associés à un gouvernement occidental. Il a pris des mesures contre les réseaux liés aux partis politiques occidentaux dans le passé.

La décision de Facebook est intervenue avant les élections du 27 décembre en République centrafricaine, que Facebook a identifiées comme la principale cible de la désinformation, à un moment où la France et la Russie se battent pour avoir de l’influence dans la région.

La société a déclaré que ses enquêteurs avaient retracé les comptes français à des «individus associés à l’armée française». Cependant, Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité de Facebook, a déclaré dans un communiqué que « nous n’avons pas vu de preuves que l’armée française elle-même dirigeait l’activité. »

Graphika, une société d’analyse des médias sociaux de New York qui a enquêté sur les comptes sur Facebook, a déclaré qu’elle n’avait trouvé aucune preuve d’implication institutionnelle directe du gouvernement ou de l’armée française.

L’armée française a déclaré jeudi dans un communiqué à l’Associated Press qu’elle «condamne fermement» ces efforts de désinformation et qu’elle travaille aux côtés de l’ONU et des partenaires européens pour ramener la paix en RCA.

«Nous examinons les résultats (de l’enquête Facebook-Graphika), mais à ce stade, nous ne pouvons confirmer aucune responsabilité. Il y a de nombreuses parties prenantes dans cette lutte, publiques et civiles, ce qui rend difficile d’évaluer clairement la situation », indique le communiqué.

La France était autrefois la puissance coloniale en République centrafricaine et dans les pays voisins que Facebook a également identifiés comme étant visés. Les entreprises russes ont également des intérêts croissants dans la région.

Facebook a déclaré avoir supprimé les réseaux pour «violation de notre politique contre l’ingérence étrangère ou gouvernementale qui est un comportement inauthentique coordonné (CIB) au nom d’une entité étrangère ou gouvernementale».

Les responsables russes n’ont pas commenté publiquement.

Facebook a déclaré que son enquête avait révélé des liens vers des personnes associées à l’Agence russe de recherche sur Internet, une soi-disant ferme de trolls accusée d’ingérence dans les États-Unis de 2016. et l’homme d’affaires russe Yevgeny Prigozhin, qui a des liens avec le Kremlin et a été mis en examen par le ministère américain de la Justice. Prigozhin a nié à plusieurs reprises tout lien avec la ferme de trolls et ses activités.

Le département du Trésor américain a sanctionné les entreprises minières et les employés liés à Prigozhin en République centrafricaine et affirme que ses activités commerciales sont coordonnées avec le gouvernement russe. Dans un communiqué publié cette semaine sur les réseaux sociaux russes en réponse aux questions des médias, Prigozhin a affirmé que Facebook est un outil des agences de renseignement américaines et «un groupe d’oligarques» servant à faire avancer les intérêts américains dans le monde.

Facebook a déclaré avoir supprimé le réseau de comptes qui tentaient de se mêler de la République centrafricaine, qui figuraient parmi près de 500 Facebook et Instagram comptes, pages et groupes ciblant des utilisateurs dans plusieurs pays d’Afrique et du Moyen-Orient avec des articles sur COVID-19[feminine, politique ou militaire.

«Bien que nous ayons vu des opérations d’influence cibler les mêmes régions dans le passé, c’était la première fois que notre équipe trouvait deux campagnes, de France et de Russie, s’engagent activement l’une avec l’autre», a déclaré Facebook dans son rapport sur les réseaux.

En République centrafricaine, les opérations de trolls françaises et russes en duel ont tenté de se contrer avec des publications sur Facebook et, à certains moments, ont tenté d’exposer l’autre, selon un rapport de Graphika.

L’opération russe, principalement menée en français, a publié des vidéos pro-Kremlin et a applaudi le président sortant de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadéra, selon Graphika.

L’opération française, quant à elle, s’est éloignée de parler d’élections à venir dans les postes. Il a commencé dès mai 2018, en se concentrant sur la République centrafricaine et la sécurité au Mali.

Une page russe faisant la promotion de Touadéra comptait 50 000 abonnés. Pendant ce temps, le plus grand suivant un groupe français amassé en République centrafricaine était de 34 adeptes.

«Le retrait de Facebook marque une exposition rare d’opérations concurrentes de deux pays différents qui s’affrontent pour influencer un pays tiers», a déclaré Graphika dans un communiqué.


Le MacBook Air M1 est-il la bête portable d’un ordinateur portable que vous avez toujours voulu? Nous en avons discuté sur Orbital, notre podcast technologique hebdomadaire auquel vous pouvez vous abonner via Podcasts Apple, Podcasts Google, ou RSS, télécharger l’épisode, ou appuyez simplement sur le bouton de lecture ci-dessous.

.



Source link

You may also like

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *