Actualités High Tech

L’eau de la Loire est soudainement devenue rouge : on vous


Le littoral breton rougit en cette fin d’été, un phénomène aussi naturel qu’impressionnant.

Alors que les baigneurs ont quitté dans leur grande majorité les côtes de la Bretagne et de Loire Atlantique, l’océan reprend peu à peu ses droits. Mais les derniers vacanciers présents, ont pu assister à un drôle de spectacle. L’eau a en effet pris une couleur bien inhabituelle, rouge ou marron selon les endroits.

Si ce phénomène est entièrement naturel, il n’en reste pas moins impressionnant. À la fin de l’été, les côtes nord-Atlantiques prennent des couleurs, un épisode qui se produit presque tous les ans depuis plusieurs décennies.

Face à cette énigme de mère nature, les scientifiques ont cherché une explication rationnelle. Rapidement ils se sont tournés vers les microalgues. Ces dernières étaient bien responsables de la coloration de l’eau, mais de manière indirecte. Car selon les premières études menées sur le sujet, ce serait la Lingulodinium polyedra, qui serait responsable de ces changements.

Cette dernière se nourrit de phosphore et d’azote, deux nutriments présents en quantité dans l’eau douce des fleuves. Alors quand l’été est mauvais, comme ce fut le cas cette année, le débit de la Loire et de la Vilaine augmente, ce qui fait se démultiplier le nombre de microalgues à l’embouchure des deux fleuves. C’est d’ailleurs ici que le changement de couleur marin est le plus impressionnant.

Si l’eau devient rouge en présence de ces microalgues, ces dernières sont bleues et bioluminescente (elles produisent leur propre lumière). Ce ne sont pas elles qui sont directement responsable du changement de couleur. 

Une toxine qui tue les coquillages

La responsable, c’est une toxine, libérée par les microalgues au cours de leur vie. Cette yessotoxine vient s’accumuler dans les coquillages de toutes sortes et elle leur donne alors cette couleur rougeâtre si inhabituelle dans les océans.

Si la vue de cette couleur sur nos rivages à de quoi inquiéter, il n’en n’est rien. Les microalgues, présentes en abondance dans l’eau de nos océans ne sont pas des dangers en elles-mêmes. Leur toxine peut devenir dangereuse lors de la consommation de coquillages contaminés, mais d’après les relevés très réguliers de l’autorité de sécurité sanitaire, les taux d’yessotoxine sont encore bien en dessous des seuils d’alerte.

Si le risque pour l’Homme est ainsi assez faible, la présence de cette microalgue reste un problème pour son écosystème. Nourries par les engrais agricoles (principale cause de la présence du phosphate dans les océans) ces microalgues prolifèrent depuis quelques années au large des côtes françaises, lieu où elles se retrouvent sans le moindre prédateur.

En plus de libérer des toxines, néfastes pour les coquillages qu’elles colonisent, ces microalgues consomment une grande partie de l’oxygène marin présent sur notre littoral ce qui peut, dans certains cas extrêmes, tuer le reste de l’écosystème aquatique par asphyxie.



Source link

You may also like

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.