Applications /OS

Les Indiens ont créé 19 comptes en ligne pendant la pandémie, la plupart utilisent les mêmes identifiants : IBM


La pandémie de COVID-19 a bouleversé le monde au cours de la dernière année et demie, ne nous laissant d’autre choix que de compter davantage sur des solutions numériques – de l’utilisation des services de livraison de nourriture et des services bancaires en ligne au travail et aux études à domicile. Inutile de dire que plus on dépend du monde numérique, plus on devient vulnérable aux fraudes en ligne. Une nouvelle enquête mondiale menée récemment a montré que les individus privilégiaient la commodité sur les problèmes de sécurité et de confidentialité, ce qui a conduit à un mauvais choix de mots de passe, entre autres concernant les pratiques en ligne.

Dans ses conclusions sur l’Inde, le Enquête de sécurité IBM intitulé « Pandemic-Induced Digital Reliance Creates Lingering Security Side Effects » a révélé que les Indiens ont créé environ 19 nouveaux comptes en ligne pendant la pandémie en moyenne dans toutes les catégories d’âge, qui comprenaient environ trois nouveaux comptes à des fins de médias sociaux et de divertissement. Cependant, les répondants indiens de plus de 50 ans ont créé près de 27 nouveaux comptes en ligne en moyenne au cours de la même période, le plus élevé parmi les catégories d’âge interrogées.

Les personnes appartenant à tous les groupes d’âge ont vu leur empreinte numérique augmenter pendant la pandémie. L’enquête d’IBM a montré que les Indiens interagissaient davantage avec tous les types d’entreprises/organisations via des sites Web et des applications mobiles pendant la pandémie de coronavirus, en particulier les banques (65%) et les achats/vente au détail (54%). Les répondants de plus de 35 ans ont connu la plus forte augmentation de leurs interactions en ligne.

L’enquête indique que cette expansion de l’empreinte numérique chez les Indiens est là pour rester. Environ 36% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles n’avaient pas l’intention de supprimer ou de désactiver l’un des nouveaux comptes qu’elles avaient créés pendant la pandémie, même après le retour à la normale. Cela ouvre également la voie à de nouvelles préoccupations en matière de sécurité

La commodité plutôt que la sécurité

L’enquête a révélé que près de la moitié des répondants indiens (47 %) ont déclaré qu’ils utilisaient les mêmes informations d’identification sur les comptes en ligne, et 17 % ont un mélange égal d’informations d’identification réutilisées et de nouvelles informations d’identification. Selon l’enquête, la moitié des personnes interrogées dans la tranche d’âge des 35-49 ans réutilisent toujours ou la plupart du temps les mêmes informations d’identification qu’elles ont utilisées pour d’autres comptes. Près de la moitié (49 %) des répondants indiens ont déclaré qu’ils stockaient les informations de leur compte en ligne dans leur mémoire, et plus d’un tiers (35 %) ont déclaré les stocker sur un morceau de papier, selon l’enquête.

Ce qui est encore plus préoccupant selon l’enquête, c’est que 57% des personnes interrogées en Inde dans tous les groupes démographiques – à l’exception des GenZers (ceux nés entre le milieu et la fin des années 1990 et au début des années 2010) – ont préféré payer une commande numériquement plutôt que d’aller dans un magasin physique. l’emplacement ou l’appel pour passer une commande même s’ils avaient des inquiétudes concernant la sécurité ou la confidentialité du site Web/de l’application.

Lorsqu’on leur a demandé pourquoi ils n’utiliseraient pas une application ou un site Web, les répondants indiens ont cité la sécurité et la confidentialité comme principales raisons, mais la plupart ont déclaré qu’ils avaient quand même choisi de les utiliser. Selon l’enquête, environ quatre Indiens sur dix n’ont pas utilisé une plate-forme en ligne pour acheter ou passer une commande en raison de problèmes de confidentialité (40 %) et de sécurité du site Web (38 %). Selon l’étude, une majorité (51%) des personnes interrogées en Inde supprimeraient l’autorisation d’une application qui suit leur comportement sur d’autres applications et sites Web. Mais cela signifie également que 39 % des Indiens autorisaient toujours les applications à suivre les activités sur d’autres applications et sites Web lorsqu’elles le leur demandaient.

Prashant Bhatkal, responsable des ventes de logiciels de sécurité, IBM Technology Sales, Inde/Asie du Sud, a déclaré que le gros point à retenir de l’enquête était que les clients s’étaient habitués à la commodité des interactions numériques pendant la pandémie, et cette tendance devrait se poursuivre même après le retour de la société aux normes pré-pandémiques. « Les entreprises qui dépendent davantage de l’engagement numérique avec les consommateurs pendant la pandémie doivent tenir compte des effets de ces changements sur leur profil de risque pour la sécurité », a-t-il déclaré dans un communiqué préparé.

« Le besoin de l’heure est de fournir une expérience utilisateur fluide sur toutes les plateformes numériques tout en créant une posture de sécurité plus forte et en limitant les risques potentiels. »

Les réseaux sociaux « les plus méfiants »

Les plateformes de médias sociaux se sont avérées être « les plus méfiantes » parmi les répondants indiens, mais 51 % des répondants faisaient confiance aux soins de santé et 56 % étaient convaincus que les institutions bancaires/financières protégeraient leurs informations personnelles/sensibles. Les Indiens préféraient la biométrie pour se connecter à un compte bancaire/financier, mais étaient à l’aise avec l’utilisation de connexions uniques/sur les réseaux sociaux ou par e-mail/nom d’utilisateur et mot de passe pour des comptes d’autres catégories, selon l’étude.

« Environ 40 pour cent des répondants indiens ont renoncé à un achat, une application ou une transaction en ligne en raison d’expériences négatives de connexion (42 pour cent), d’inscription (40 pour cent) ou de paiement (41 pour cent) », a révélé l’enquête. . Une majorité (56 %) des personnes interrogées en Inde s’attendent à consacrer entre 1 et 5 minutes à la création d’un nouveau compte numérique.

Pour assurer les plus hauts niveaux de sécurité pour les Indiens, Bhatkal a suggéré que les entreprises adoptent une approche de « confiance zéro », et développent et comprennent le contexte autour de chaque utilisateur, chaque appareil et chaque interaction, ce qui en fait un programme critique.


.



Source link

You may also like

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *