Applications /OS

Les syndicats de travailleurs de la plateforme expriment leurs préoccupations concernant les règles de sécurité sociale 2020


La Fédération indienne des travailleurs du transport basés sur les applications (IFAT), ainsi qu’une alliance de syndicats et d’organisations de la société civile préoccupées par les implications du processus de réforme du droit du travail en cours sur les droits des travailleurs des plateformes et des concerts, a présenté une soumission conjointe Ministère du Travail et de l’Emploi sur la consultation publique en cours sur le projet de code des règles de sécurité sociale (centrales), 2020. La soumission, datée du 21 décembre, demande de garantir un «socle de protection sociale de base» pour tous les droits sur les données.

Signé par la fédération aux côtés du All India Gig Workers Union, du All India IT and ITeS Employees ‘Union, de la All India Railwaymens’ Federation, de Hind Mazdoor Sabha et du National Union of Seafarers of India, le mémorandum souligne les préoccupations concernant la mise en œuvre des droits dans le projet de règlement par le ministère. Les organisations de la société civile, notamment Gender at Work, IT for Change, Kamgar va Majur Sangh, Center for Internet & Society, Partners in Change et Tandem Research, figurent également parmi ses signataires.

La soumission soulève une demande pour rendre la sécurité sociale universalisée pour tous les travailleurs des plateformes. Il cherche également à clarifier les critères permettant de déterminer l’exemption des agrégateurs de cotisations à la sécurité sociale et demande de garantir les droits des travailleurs en matière de données.

Vous trouverez ci-dessous les principales demandes incluses dans la soumission faite par la fédération qui représente des milliers de travailleurs connectés aux plates-formes, y compris Swiggy, Zomato, Ola, et Uber, entre autres. Vous pouvez également lire la soumission complète sur le Web.

  • Tous les travailleurs des plates-formes devraient bénéficier d’un socle de protection sociale de base, quel que soit leur âge. Les dispositions du projet de règles imposent actuellement une limite d’âge pour que les travailleurs des plates-formes puissent prétendre à la sécurité sociale dont la suppression est demandée, ainsi que d’autres critères d’éligibilité. Le projet de règles devrait également définir clairement que les personnes travaillant avec des agrégateurs de plates-formes ne devraient être traitées que comme un «travailleur de plate-forme» et non comme un «agent» ou un «entrepreneur».
  • Alors que le projet de règles indique que les agrégateurs devront contribuer à un régime de sécurité sociale encadré par le gouvernement, il convient de clarifier davantage la manière dont ces cotisations seront évaluées et l’étendue de la protection sociale qui sera accordée au cas où les travailleurs des plateformes seraient associés à plusieurs agrégateurs. simultanément.
  • Le ministère devrait préciser les conditions dans lesquelles les agrégateurs peuvent être dispensés de contribuer à la sécurité sociale des travailleurs des plateformes.
  • Un processus transparent devrait être prescrit pour la nomination par le gouvernement des représentants des travailleurs de la plateforme, avec une représentation effective des syndicats et des organisations de travailleurs. La constitution du Conseil national de la sécurité sociale pour les travailleurs des chantiers et les travailleurs des plates-formes devrait également être clarifiée.
  • L’objectif clair de la collecte des données des travailleurs doit être fourni, tout en leur permettant d’avoir le droit d’éditer, de corriger et de contester les enregistrements des agrégateurs. Un mécanisme de vérification a également été suggéré qui doit être établi par le gouvernement. En outre, les travailleurs devraient avoir le droit de conserver une copie certifiée et lisible par machine de leurs données collectées.
  • Au lieu d’opter pour une base de données centralisée, le gouvernement devrait explorer la possibilité d’une architecture fédérée, avec un espace pour une gestion démocratique et décentralisée des données par les travailleurs eux-mêmes avec la participation des agences gouvernementales de l’État et locales.

Le gouvernement devrait-il expliquer pourquoi les applications chinoises ont été interdites? Nous en avons discuté sur Orbital, notre podcast technologique hebdomadaire auquel vous pouvez vous abonner via Podcasts Apple, Podcasts Google, ou RSS, télécharger l’épisode, ou appuyez simplement sur le bouton de lecture ci-dessous.

Pour les plus grands CES 2021 histoires et dernières mises à jour, visitez notre Hub CES.

Realme Watch S Pro, Realme Watch S avec cadran circulaire, moniteur SpO2 lancé en Inde

.



Source link

You may also like

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *